AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

all i needed was the love you gave { hazel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar





all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyMer 12 Avr - 0:21


- all i needed was the love you gave -
il n'y a pas cru, au début. lorsqu'il a entendu la voix de sa soeur s'assombrir et que le temps s'est mit à défiler plus lentement. il n'a pourtant pas l'habitude d'écouter aux portes mais le ton soudain tranchant a fini par l'arrêter. Willow hurle qu'elle n'aurait pas du faire ça, que ce n'est pas son rôle, qu'il est déjà fragile et qu'elle ne mérite pas ça. qui ne mérite pas ça ? il entre dans la pièce, curieux et anxieux. il est toujours anxieux. cela fait des semaines qu'il ne dort plus, qu'il ne mange plus. qu'il ne vit plus. que son monde s'effondre. qu'il s'est arrêté de respirer, regardant sa vie défiler dans une apnée morbide. on le traite de tous les noms. montre. pédophile. violeur. pervers. ça s'enchaine encore et encore. le matin même des gamins sont venu jeter des oeufs sur la petite maison de son ainée. un enfer qu'il l'oblige à supporter parce qu'il n'est plus foutu de le vivre seul. chaque minute son nom est bafoué quelque part d'autre. il voudrait crever plutôt que de supporter ça mais Alex reste fort. pour elle, cette grande rousse qui s'énerve au téléphone avant de raccrocher. “C'était qui ?” qu'il demande, créant la surprise chez une Willow qui se retourne, interdite. “Qu'as-tu entendu ?” ça ne sent pas bon. il repose la question, la voix plus ferme, du moins comme il peut. “C'était maman...” encore elle. elle qui les harcèle, qui veut comprendre, qui veut savoir. qui s'interdit de penser qu'il puisse être coupable. qui refuse de l'innocenter pourtant. “Qu'est-ce qu'elle a fait ?” oui, il a comprit. elle a merdé et ça le concerne. et son coeur bat trop vite désormais, sensation qu'il abhorre. et Willow qui refuse de parler, et Alex qui s'énerve. qui craque, les nerfs à vifs. qui n'en peux plus des mensonges. “Qu'est-ce qu'elle a fait putain !” “Elle a appelé Hazel.” et là,  le silence. il a l'impression de mourir un peu. de quel droit sa génitrice aurait-elle fait ça ? il se demande ce qu'elle a dit et subitement il panique. non, non... elle n'a pas à être mêlée à tout ça. si seulement n'avait-elle pas pu l'apprendre, simplement. il déteste l'idée qu'elle puisse le prendre pour ce type que l'on décrit partout dans les journaux. pas elle. pas lui. une fureur sans nom le prend au corps et il fait demi tour malgré les appels de sa soeur qui le supplie de rester, de ne rien faire. mais c'est trop tard. sous la panique, il sort. première fois depuis des jours qu'il met son nez sous le soleil américain, trop pressé pour mettre seulement une capuche. sa tête fait la une des magazines, il sait qu'il encourt un risque. mais il s'en fou, il doit lui parler. il doit savoir ce qu'elle sait et doit lui dire ce qu'elle ne sait pas. après deux ans d'un silence de glace, il se refuse de ne rien lui dire. il doit lui parler, à Hazel, même si ça lui déchire le coeur que ce soit dans ces circonstances. tous le chemin il le fait les larmes aux yeux, effaçant les mutines se promenant sur ses joues. il lui est difficile de trouver son logement. on lui jette des regards noirs, on le fuit, on le hue. héros déchu d'une Amérique profondément hypocrite. mais enfin il trouve, il frappe de toutes ses forces, il prie. “Hazel je t'en prie..” qu'il lâche. quand enfin la porte s'ouvre. quand enfin la tension chute. quand enfin il la revoit. toujours aussi belle, toujours aussi femme. et lui, toujours aussi indigne et blessé, animal que l'on abandonne et que l'on jette, fragile et détesté. “Hazel...” il ne peut plus parler, c'est l'émotion qui le censure. il veut se jeter dans ses bras, il se retient pourtant. il ne s'était pas rendu compte de cette fatigue qui le pèse. il pourrait sombrer là, maintenant. mai cela voudrait dire ne plus voir son visage, et ça il en est incapable.
Revenir en haut Aller en bas

Hazel Blossom



ici depuis : 07/03/2017
lettres envoyées : 579
face, crédits : emma watson, schizophrenic
disponibilité rp : all i needed was the love you gave { hazel Pwy7xsd


sydaustinalexjaspercaleblyannala fête des lanternes

age : 25
all i needed was the love you gave { hazel Tumblr_on11qgX3X91r2suh7o1_500
pays, ville : Yale University
job/studies : Etudiante en journalisme, des petits boulots ici et là pour mettre du beurre dans les épinards.
côté coeur : Entre un fantôme du passé et un avenir compliqué.


all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyMer 12 Avr - 0:46

Hazel, elle en peut plus. Elle en peut plus, parce que peu importe où elle pose le regard, elle voit son nom partout, écorché, sali, bafoué, insulté. Peu importe à qui elle en parle, il est coupable, aux yeux de tous, il est coupable. Même aux yeux de ceux qui le connaisse. Et ça, ça la fout en l’air. Seule, sa mère lui fait confiance. Crois en sa vérité. Parce qu’Hazel, elle le sens au fond d’elle, elle le sait, elle n’a pas besoin de preuve, son Alex, elle le connait à la perfection. Elle connait chaque centimètre carré de peau, de chair et d’âme de ce garçon. Elle le connait mieux que quiconque. Elle sait pertinemment, qu’elle le connait mieux, que la pimbêche qu’il se traine dans les journaux people. Ce n’est pas ce garçon là. Alex Carlson, c’est ce garçon un peu gauche qui l’a invité un soir après un tutorat à sortir. Elle a d’abord refusé, croyant à une mauvaise blague et puis il a retenté sa chance plusieurs fois et elle a fini par accepter. Et elle a vécu les cinq plus belles années de sa vie. Alors, elle ne supporte plus de voir ce nom qu’elle aime tant entouré de mots, tels que monstre, pédophile ou violeur. Non, Alex, c’est une étoile au milieu d’un ciel noir. C’est un rire à un enterrement. C’est l’étoile en haut du sapin. C’est le sourire réconfortant après un examen. Mais ça, il lui en a fallu du temps pour l’admettre, parce qu’il a pas confiance en lui. Alors, elle l’imagine aisément cloitré chez lui. Recroquevillé sur lui même, ne décrochant pas son téléphone, ne mangeant pas, se laissant aller petit à petit. Et, ça lui remet en pleine face qu’elle a merdé. Qu’elle n’a pas été là pour lui, au début de tout ça. Qu’elle a privilégié ses études à son premier amour. Parce qu’Hazel, elle a pas son père, qu’elle a vu sa mère galéré toute sa vie et qu’elle veut faire mieux. Qu’elle veut la rendre fière. Et qu’aux yeux d’Alex, elle incarnait déjà la perfection, donc elle s’est reposée sur ses acquis. Et elle s’en veut. Parce qu’elle s’est vraiment rendue compte à qu’elle point elle l’avait dans la peau quand il est parti et qu’il n’est plus jamais revenu. Et deux ans plus tard, cette vérité lui reviens comme un boomerang, parce que pour tous il est coupable, mais pour l’entourage d’Alex, c’est elle la coupable. Parce qu’elle l’a laissé partir, elle l’a laissé filer. Mais ils avaient tous les deux le droit de réaliser leurs rêves. Elle d’aller à Yale, lui de faire les JO.  Hazel, elle se refait l’histoire depuis une semaine. Comment se seraient déroulées les choses, si elle avait été plus présente ? Est-ce qu’elle aurait pu faire quelque chose pour changer les choses ? Et ça la tue à petit feu de ne pas savoir. De ne pas avoir de nouvelles. De ne pas pouvoir le voir, le toucher, lui parler, l’écouter. Pour une fois, d’être celle qui est là pour lui. Celle qui l’écoute.  Hazel, ça fait une heure qu’elle est dans son lit, elle n’arrive plus à manger ou à étudier, elle n’en dort plus. Elle le voit simplement, seul, perdu, triste. Elle en crève de le savoir comme ça. Mais elle ne peut rien dire et maintenant elle a promis de le laisser tranquille. Parce que tout est de sa faute. Ses pensées son chassées par des cris provenant de sa fenêtre. Elle n’y prête pas attention, puis elle entend toquer. Son cœur manque un battement au son de sa voix. C’est pas possible. Elle se lève d’un coup. Hazel, elle regarde même pas la tête qu’elle a, elle s’en fout. Elle à juste le cœur qui bat à trois mille et les jambes en coton quand elle ouvre la porte. Il est là. Les épaules basses, les yeux rouges et humides et ça lui déchire le ventre. Elle le voit dans ses yeux, que lui aussi il en peut plus. Alors, elle se mordille la lèvre inférieure, elle reste face à lui comme ça quelques secondes, ou peut-être minutes. Ils sont seuls au monde. Les yeux dans les yeux. Elle entend derrière lui les gens. Elle ne sait pas s’ils parlent d’eux, elle n’entend plus rien, elle est absorbée par Alex. Son Alex. Les larmes aux yeux, elle sait qu’elle n’a pas besoin de parler. Et lui non plus d’ailleurs. Ils se connaissent trop bien pour ça. Elle s’avance vers lui et le prend dans ses bras, elle le serre, peut-être plus fort qu’elle ne l’a jamais fait. Parce qu’elle veut qu’il sache qu’elle est là pour lui, qu’elle sera toujours là pour lui, qu’elle sera à jamais son Hazel.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Si l'amour peut briser les cœurs, il peut aussi les cicatriser. ▵ [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]endlesslove.
if you're a bird, i'm a bird ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar





all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyMer 12 Avr - 11:05


- all i needed was the love you gave -
il a du mal à croire que c'est ici que on corps en miette l'emmène. comme si le regard d'Hazel pouvait être d'une quelconque aide à son âme en berne. mais qui lui dit qu'elle ne sera pas comme les autres, pas vrai ? si même sa mère refuse de l'entendre sur le sujet alors qui pourra ? les soutiens dont rares depuis le début de l'affaire et il ne s'attend pas à ce que cela s'arrange alors que les médias cherchent toujours et encore de nouvelles choses à lui mettre sur le dos. c'est une cible facile Alex, réduite au silence par la solitude qu'il se prend en pleine gueule. personne pour empêcher le massacre alors que tous jettent une nouvelle pierre sur son visage fatigué. un visage terrifié à l'idée d'être rejetté par celle que son coeur n'oublie pas. comme si on pouvait oublier les premiers battements d'un palpitant qui s'éprend trop tôt pour savoir seulement ce qu'amour signifie. Hazel c'est sa cryptonite et il n'est pas sur de ce qu'il ferait dans le cas où elle lui refuserait l'asile pour quelques minutes seulement. il serait foutu de se foutre en l'air l'américain. vite et bien, histoire de n'avoir aucun regret. c'est plus facile d'abandonner, c'est ce qu'on lui a toujours dit. lutter, c'est dur. combattre la peur et l'adversité c'est dur, ça demande un effort surhumain qu'il n'est plus foutu de faire. bel héros que celui qui lâche l'affaire. que celui qui dépose les armes. cela ne fait pourtant qu'un mois que le gladiateur est entré dans l'arène, mais il lui semble qu'une éternité s'écoule. comme s'il n'avait jamais rien connu d'autre que cet enfer dans lequel il s'empêtre. les avocats le poussant à plaider coupable, les journalistes qui le harcèlent jusqu'à devant chez Willow et la police qui refuse de donner une chance à sa version. et Cora qui n'est même pas là pour témoigner, Cora qu'il a laissé chez ses parents, là bas, et qu'il refuse de mêler à tout ça. comme si elle n'avait pas les épaules pour, quand Hazel elle semble être le seul moyen de le soutenir encore un peu. il y a toujours eu cette rivalité dans son coeur entre le passé et le présent. mais au fond il le savait déjà, c'est le passé qui gagne. le passé gagne toujours. ça le rend dingue de l'avoir perdu. ça le dépasse. il a beau essayé de se trouver des raisons, de ce dire que c'était la bonne chose à faire pour le bien de leurs rêves, ça fait mal. alors qu'il le sait, au fond, Alex. que sans elle il aurait refuser de quitter le pays si loin, si longtemps. que sans son soutien il n'aurait plus été capable d'être lui même. et que son éloignement avait fini par en faire un fantôme fou. une âme esseulée. c'est ce qu'il est, à sa porte, les yeux gonflés d'un chagrin trop lourd à porter. il s'attend à ce qu'elle parle quand la porte s'ouvre, mais elle ne dit rien. elle se contente de le regarder, de regarder au fond de son être, au fond de lui. et de le prendre dans ses bras, signe d'une tendresse qu'il n'attendait guère. bien sur qu'il craque là, dans ses bras. bien sur que les larmes reprennent et qu'il s'empresse de la serrer contre lui. deux ans qu'il rêve de sentir à nouveau son corps entre ses bras musclés par des heures et des heures d'une nage acharnée. il n'arrive pas à y croire. au fond, il n'y croit pas. "Je suis désolé." qu'il parvient à balbutier, noyé dans un torrent de remords. "C'est pas de ma faute, je te le jure. Hazel, j'ai rien fais..." il a besoin de se justifier auprès d'elle plus encore qu'auprès du monde. il mourrait de la savoir le jugeant. il veut être sur qu'elle le sache, qu'elle sache qu'il est innocent. elle plus que quiconque. après tout, n'est-il pas fou d'elle ? c'est dans ses bras qu'il se trouve, pas ceux de Cora.
Revenir en haut Aller en bas

Hazel Blossom



ici depuis : 07/03/2017
lettres envoyées : 579
face, crédits : emma watson, schizophrenic
disponibilité rp : all i needed was the love you gave { hazel Pwy7xsd


sydaustinalexjaspercaleblyannala fête des lanternes

age : 25
all i needed was the love you gave { hazel Tumblr_on11qgX3X91r2suh7o1_500
pays, ville : Yale University
job/studies : Etudiante en journalisme, des petits boulots ici et là pour mettre du beurre dans les épinards.
côté coeur : Entre un fantôme du passé et un avenir compliqué.


all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyMer 12 Avr - 12:42

Hazel n’ose même pas imaginer ce qu’il peut ressentir Alex. Parce que déjà dans sa position, elle, elle ne supportait plus. Les médias, ces foutus médias. On lui avait déjà proposé 10 000 dollars pour raconter son histoire avec lui. Quand il est parti on lui avait déjà proposé de l’argent parce qu’ils savaient qu’elle était son ex petite amie. Mais Hazel, elle est pas vénale, alors l’argent elle s’en fiche. Et puis, elle voulait pas s’afficher dans la presse, elle voulait pas de cette vie-là. Mais là on lui proposait de l’argent pour le salir, pour expliquer qu’il était violent, qu’il avait des déviances sexuelles, on lui avait même demandé s’ils s’étaient séparés, parce qu’elle était devenue trop vieille pour lui. Et Hazel ça la fout en l’air, elle avait envoyé tout ce beau monde se faire voir, parce que ce qu’ils essaient de faire croire sur Alex, c’est faux. Elle plongea son nez dans le creux du cou d’Alex et ils restèrent ainsi plusieurs minutes. Elle levait les yeux de temps à temps, happée par les cris. Ils parlaient d’eux, ils parlaient de lui, tous. Comme pour le protéger, elle l’attira toujours contre lui, plus à l’intérieur de l’appartement et ferma doucement la porte derrière. Voilà, ils étaient seuls. Elle, lui, contre le reste du monde. Elle se souvenait de cette phrase d’un journaliste qui lui avait presqu’arraché l’épaule pour son scoop : Diriez-vous qu’Alexander Carlson est violent ? Elle s’était presque étouffée par l’absurdité de cette question, elle avait filée, ne répondant pas. Lâche, mais elle avait si peur d’envenimer les choses.  Non Alex n’est pas violent. Elle ne pu que se remémorer de la première fois où ils ont étés intimes. Il lui avait demandé une bonne dizaine de fois si elle était sûr d’elle. Et le lendemain matin, il lui avait fait un café et avait été acheté des muffins. Quel homme violent, va acheter des muffins à sa petite amie un dimanche matin ? C’est pas un manipulateur, c’est pas le genre à faire des choses pour étouffer l’affaire. Alex, c’est le garçon le plus populaire du lycée, qui n’hésite pas à montrer ses faiblesses et ses lacunes pour séduire une fille. C’est pas un garçon comme les autres, c’est celui qui est tombé amoureux d’une intello. C’est un mec bien Alex. Mais tout ça, Hazel l’avait gardé pour elle. Parce que l’histoire elle est trop belle et si ce n’était pas la sienne, elle penserait que c’est un mensonge et qu’on essai de nous endormir avec une belle histoire à l’eau de rose. Pourtant, c’était bien ce qu’ils étaient l’un avec l’autre, l’un pour l’autre. Hazel ne pu s’empêcher de passer une main dans les cheveux d’Alex, réflexe d’une autre vie, mais c’est pas grave. Aujourd’hui, tout est permis. Cette promiscuité est salvatrice pour Hazel, parce qu’enfin, il est là. Il n’a pas changé, bien qu’au fond, elle le savait incapable de faire une chose pareille. Les minutes défilent lentement. Ca fait cinq minutes qu’ils sont dans les bras l’un de l’autre, peut-être dix ? Un rapport physique qu’ils attendaient depuis deux ans. La promesse d’un amour sincère. Parce que pour l’instant, ils profitent, l’un de l’autre. Hazel sait qu’elle a des comptes à rendre, mais lui aussi. Elle sait que tout peut basculer entre eux, en quelques secondes. Parce qu’ils ont de la rancœur, tous les deux. Mais pour le moment, elle en profite. Elle sent son odeur, touche ses cheveux. Elle remarque que son corps est encore plus musclé qu’avant, ses épaules sont tendues, séquelles d’une trop grande pression pour ce garçon. Et enfin, le son de sa voix au creux de son oreille. Hazel, elle est presque vexée qu’il se sente obligé de se justifier, de lui dire qu’il n’a rien fait. Comme s’il doutait d’elle. Comme s’il pensait qu’elle n’était pas la personne qui le connaissait mieux que personne. Je sais. Souffle-t-elle. Mais ça danse la samba là-dedans. Parce que ça la soulage, et en même temps elle à peur. Peur, de ce qu’il va lui dire, de ses reproches, peur de devoir se replonger deux ans en arrière, quand elle a fait une dépression après son départ, peur des regards de la mère Carlson et de la ville. Elle a honte de ce qu’elle a fait avant qu’il parte et après qu’il soit parti. Parce qu’Alex il sait pas tout, il sait pas l’état dans lequel elle s’est mise après son départ. Elle cède finalement à mettre fin à ce câlin. Elle lui prend la main et l’emmène dans sa chambre. Le salon c’est pas sûr, ses colocataires pourraient revenir et Hazel, elle veut protéger Alex. Sa chambre, c’est sa forteresse, il est en sécurité ici. Par chance, sa chambre est rangée, elle l’invite à s’asseoir sur son lit. Ca lui donne presqu’envie de sourire, parce qu’Alex, c’est pas le genre à rester assis sur le lit d’Hazel d’habitude, il s’y glisse plutôt. Tu veux boire quelque chose ? J’ai de l’eau, du soda. Elle marque une pause. De la bière aussi. Elle se tourne vers le frigo, elle a du mal maintenant à soutenir le regard de cet homme qu'elle aimera à jamais.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Si l'amour peut briser les cœurs, il peut aussi les cicatriser. ▵ [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]endlesslove.
if you're a bird, i'm a bird ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar





all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyMer 12 Avr - 23:39


- all i needed was the love you gave -
Alex c'est posé la question à un moment. il s'est regardé dans la glace et il s'est imaginé la scène. si il en avait eu l'occasion, aurait-il couché avec elle ? si il en avait eu vraiment envie, aurait-il fait l'horreur dont on l'accuse ? chaque homme aime à croire qu'il vaut mieux que le précédent mais aurait-il seulement su dire non ? et si, dans un moment de faiblesse, la fatigue avait eu raison de lui ? il se rejoue tous les scénarios dans sa tête et ça le rend dingue Alex de ne pas savoir ce qu'il aurait pu faire ou ne pas faire. ce qu'il aurait pu infliger. il s'est même demandé si seulement une fois n'avait-il pas été trop brusque avec l'une de celles qui étaient passées entre ses bras maladroits. il en a des tas, des questions qui viennent. il en devient paranoïaque Carlson, à remettre en question le moindre geste, le moindre mot. le moindre baiser volé. ça le rend fou que l'on puisse croire cette gamine esseulée. que l'on puisse avoir de lui l'image d'un monstre affamé. il ne serait pas foutu de faire de mal à une mouche, lui le candide, le rêveur. et soudainement c'est un visage de truand qu'on lui renvoi. est-ce juste ? c'est pourtant plus simple. il n'arrive même pas à leur en vouloir, dans un pays où l'humain est le pire ennemi de sa propre race. dans un monde où la femme est au service de l'homme. dans un univers où la loi de la jungle sévit encore. peut-être que c'est ça qui lui fait peur. n'importe qui est capable du pire, si bien que même lui devient coupable. n'importe qui cache sa noirceur. et n'importe qui est prêt à faire sombrer par pure haine. Adela n'est pas la première à s'en prendre à un type lui ayant refusé la lune, elle ne sera pas la dernière. c'est un cycle éternel d'êtres qui se détruisent pour mieux se réparer. des égoïstes terrorisés. il pourrait trembler Bambi, il n'en a même plus la force. tout juste se retient-il de s'effondrer contre le mur qui lui sert d'ex. il fini par rentrer à sa suite mais ne la lâche pas, incapable de quitter cette réalité dans laquelle il est encore sienne. impossible d'abandonner ce rêve éveillé qui lui fait si mal. il a l'impression d'étouffer alors qu'il cherche à se blanchir, à s'excuser. alors qu'il essaye de ne plus être, pendant une seconde, l'homme qui fait la une des journaux. loin de la pression et des regrets. mais c'est foutu, plus jamais il ne sera quelqu'un d'autre. parce que les mots restent et que l'homme n'oublie pas. et puis, il y a cette menace qui plane sur lui constamment. ces mots qui le terrifient plus encore. peine de mort. bingo, il est éligible. c'est à Jasper de savoir manier son histoire désormais pour le sauver de là. pas question de supplier la gamine de dire la vérité, il n'a plus le droit de l'approcher. ni elle, ni la moindre piscine -trop d'enfants. fini son existence heureuse, il n'a plus rien. il n'y a plus que le souvenir d'une Hazel heureuse, qui rit dans ses bras, le visage clairsemé d'une pluie de lumière bienfaitrice. pourquoi est-il parti déjà ? rien de cela ne serait arrivé si elle avait été là, avec lui. il en est persuadé. il arriverait presque à en vouloir à Cora de l'avoir laissé s'empêtrer dans cette misère. mais Cora n'est pas là et c'est une Hazel encore fébrile qui s'assoit à ses cotés dans la chambre qu'il ne reconnait pas. il n'y a rien de l'ancienne Hazel, celle qu'il a aimé, ça le perturbe. il s'était imaginé tant de fois un retour triomphant face à une jeune femme heureuse de le retrouver. la réalité lui laisse un sale gout dans la bouche. “Je ne suis pas sur que m'enivrer soit une bonne idée.” j'ai pas envie de faire de connerie qu'il voudrait dire, mais il se retient. il ne veut pas qu'elle pense ça de lui. il la regarde, elle n'a pas tant changé. elle est cependant différente de ce dont il se souvenait. quel saloperie que cette mémoire qui magnifie tout, qui rend malheureux. n'aurait-elle pas pu faire son office encore ici ? “Je suis désolé, je ne sais même pas pourquoi je suis venu. Je..” il souffle. “Je crois que j'avais besoin d'être sur que tu ne me détesterais pas.” comme si Hazel pouvait ne pas le détester. pauvre naïf aux envies folles. “Je ne savais pas que tu avais emménagé sur le campus. Tu as l'air bien ici, pas vrai ?” comme si parler de la pluie et du beau temps pouvait faire quelque chose. ça ne fait que ralentir l'explosion, il en a conscience. ce moment où il devra expliquer ce qu'il a vécu pendant deux ans, comment il en est arrivé là, et à quel point il le regrette.  
Revenir en haut Aller en bas

Hazel Blossom



ici depuis : 07/03/2017
lettres envoyées : 579
face, crédits : emma watson, schizophrenic
disponibilité rp : all i needed was the love you gave { hazel Pwy7xsd


sydaustinalexjaspercaleblyannala fête des lanternes

age : 25
all i needed was the love you gave { hazel Tumblr_on11qgX3X91r2suh7o1_500
pays, ville : Yale University
job/studies : Etudiante en journalisme, des petits boulots ici et là pour mettre du beurre dans les épinards.
côté coeur : Entre un fantôme du passé et un avenir compliqué.


all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel EmptyJeu 13 Avr - 1:22

Hazel pris deux bouteilles d’eau dans le frigo et en donna une à Alex. Elle ouvrit la sienne et but une gorgée. Pour se donner une contenance. Pour gagner du temps, parce que la situation lui échappe. Hazel, elle a trop souffert avec Alex. Enfin, pas avec lui, sans lui. Parce qu’il est parti sans un mot. Qu’il a pas su la suite des évènements. Et comment il aurait pu le savoir ? Il n’a laissé aucune chance à la jeune femme de le contacter. Il a changé de numéro, la descendu auprès de sa famille, alors Hazel, elle a pas vraiment pu le mettre au courant de ce qui lui arrivait. Qu’elle perdait pied, qu’elle sombrait dans une profonde dépression, dont elle ne sortira que six mois plus tard. Tout ça il ne le sait pas. Lui, il pense à lui. Au fait qu’elle a pas été là, il est rancunier Alex. Hazel, elle en a marre de son égoïsme. Elle en a marre de souffrir pour lui, alors qu’il ne la regarde plus. Elle arque un sourcil. Sûr qu’elle ne le déteste pas ? Il n’était pas là, quand elle l’a pris dans ses bras pendant dix minutes ? Elle évite son regard au brun qui la hante depuis sept années maintenant. Je ne te déteste pas Alexander Carlson. L’émotion la gagne, lui serrant la gorge. Elle peine à retenir les larmes qui se forment dans ses yeux. Elle sent qu’il faut que ça sorte.  Je ne crois pas à cette histoire, je sais que tu es incapable de faire de mal à qui que ce soit, ne t’en fais pas pour ça. Et je comprends que tu aies peur, je connais les enjeux. Je connais les lois fédérales de Californie et donc ce que tu risque. Mais je ne te laisserais pas tomber, tu peux me faire confiance, je serai à tes côtés pour prouver ton innocence. Je ferai mon possible pour te permettre de t’en sortir. Tu peux me compter dans tes alliés. Elle marque une pause. C’est trop facile. Et en même temps, ce n’est pas le bon moment. Mais il faut qu’il sache. Il faut qu’il sache que lui aussi a merdé. Elle s’était refait l’histoire des centaines de fois. De ce qu’elle dirait si elle avait l’occasion de le revoir. Elle avait choisi les mots. Elle ne voulait pas être brusque, mais elle se voulait ferme. Elle l’avait récité des millions de fois dans son lit le soir avant de s’endormir. Mais maintenant, qu’il était là, c’était le trou noir, le néant. Comment se livrer sans l’accabler d’avantage ? Et puis, au diable les bonnes manières. C’était sympa de la laisser comme une moins que rien il y a deux ans ? Alex, qui revient la bouche en cœur avec un : Ca va ? Et bien non ça ne va pas ! Les yeux pleins de larmes elle soutint pour la première fois son regard. En revanche, tu ne peux pas débarquer comme ça et me demander comment se passe ma vie. Tu as perdu ce droit il y a deux ans en partant sans laisser de numéro ou te joindre, en partant sans te retourner. Tu as perdu le droit de faire partie de ma vie et d’en connaître les détails. Elle sait qu’elle est blessante, que ce n’est pas le moment. Mais elle veut lui dire, parce qu’elle ne sait pas si elle aura un jour l’occasion de le faire. Et franchement, si tu as besoin d’une épaule, je ne pense pas être la bonne personne. Mais concernant cette affaire, je suis de son côté. Parce qu’Alex c’est sa spécialité de vous surprendre. Il a fallu deux ans à Hazel pour accepter de poser les yeux sur un garçon. Il lui a fallu deux ans pour ressentir à nouveau des papillons dans le ventre à la vue d’un homme. Il lui a fallu deux ans pour laisser un homme l’approcher, l’embrasser, la toucher. Il lui a fallu deux ans pour accepter une quelconque relation avec quelqu’un d’autre que lui. Et à peine trois jours après ce passage à l’acte, le voilà devant sa porte, la suppliant presque d’être son amie. Mais Hazel, elle veut pas être l’amie d’Alex, et comme il a réussi à la remplacer en un claquement de doigt, elle ne veut pas de lui dans sa vie tout court. Parce que ça, ça la tue Hazel qu’il ait pu la remplacer aussi facilement. Elle, elle y croyait aux treize enfant, la maison et le chien. Elle y croyait à cette vie qu’ils détestaient tant. Parce qu’ils ont toujours voulus partir loin de New Haven, qu’ils supportent pas ce mode de vie d’américain moyen. Mais Hazel, cette vie, elle en voulait avec lui. Alors, Alex dans sa vie sans tout ça, Hazel, elle en veut pas. Mais Hazel, elle a cette foutu loyauté qui l’empêchera de le laisser tomber, elle le sait et ça la tue encore plus que le reste.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Si l'amour peut briser les cœurs, il peut aussi les cicatriser. ▵ [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]endlesslove.
if you're a bird, i'm a bird ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






all i needed was the love you gave { hazel Empty
MessageSujet: Re: all i needed was the love you gave { hazel all i needed was the love you gave { hazel Empty

Revenir en haut Aller en bas
all i needed was the love you gave { hazel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» (F - réservée) love is complicated - Nina Agdal, Cailin Russo, Alexis Ren (ou autre mannequin sublime).
» ALAIN BARRIERE - Emporte MoI ♥♥♥♥♥(i love you)♥♥♥♥♥
» you were supposed to love me | NEMO
» hate that i love you (enya)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Take my breath away :: TAKE MY BREATH AWAY-