AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

frapper aux portes du paradis ▵ rybel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité






MessageSujet: frapper aux portes du paradis ▵ rybel Lun 17 Avr - 22:26

rybel


- frapper aux portes du paradis -

Il y a ce petit bar à Haven, coincé entre deux immeubles un peu miteux. Il ne paie pas de mine vu de dehors, c’est sûr. Même l’intérieur est un peu insalubre ; mais la musique est bonne, l’alcool peu cher et l’ambiance détendue. Et surtout, il est doté d’une scène ouverte où se battent en duel une batterie, un piano et une guitare. Rebel aime cet endroit chaleureux. Depuis trois ans, elle a fait de cette presque cave son repère préféré. Seuls les initiés ont connaissance de cet endroit dont la popularité relative est due au bouche à oreille uniquement. Ce vendredi soir-là, il n’y a pas grand-monde. Il faut dire qu’il est quasiment minuit. Depuis presque trois heures, la brunette sirote une bière au comptoir, écoutant avec délectation les différents passages. Amateurs et professionnels se côtoient. Certains, plus talentueux que d’autres, récoltent une salve d’applaudissements. Elle, elle les bouffe du regard, avec des étoiles dans les yeux. Une nana un peu éméchée passe juste avant elle. Elle chante affreusement mal, mais son morceau au piano est tout simplement divin. Et quand elle quitte la scène, Rebel se lève enfin. Elle slalome entre les tables et monte sur la petite estrade en silence. Les gens sont absorbés par leurs conversations et la scène est pour ainsi dire plongée dans la pénombre la plus totale. Mais la jeune femme est diablement à l’aise dans cette ambiance tamisée. Elle se saisit de la guitare et passe l’anse au-dessus de sa tête. Elle l’accorde rapidement et s’approche du micro, son regard ne scrutant aucun visage en particulier. Bonsoir tout le monde. Sa voix ne tremble pas, elle est même assurée, presque enjouée, suave. Elle baisse le nez vers la guitare et fait glisser ses doigts sur les cordes. Knockin', de ce bon vieux Dylan. Annonce-t-elle en commençant à jouer les accords. Et elle ferme les yeux. Cela marque le début d’un envol musical. Son esprit dérive, guidé par sa voix. Pas besoin de poudre ou de joint pour planer, quand il y a la musique. Et à mesure que le morceau avance, sa voix redouble d’intensité et de puissance. Knock, knock, knockin' on heaven's door… Le temps s’arrête, le morceau s’étire, divin, infini. Elle rouvre les yeux par moments, pour regarder ses doigts glisser sur les cordes. Et quand il s’achève, il y a un instant de flottement, un silence profond. La jeune femme relève son magnifique regard vers son public. Quelques applaudissements, çà et là. Francs, sincères ; les gens ont aimé. Elle ne demande rien de plus. Elle esquisse un sourire, salue d’un signe de tête en reposant l’instrument et descend de scène, avant de rejoindre sa place au comptoir, satisfaite. Sur un fragile nuage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: frapper aux portes du paradis ▵ rybel Mar 18 Avr - 19:16



❝frapper aux portes du paradis❞
Toi & Moi
Dire que les bars, ce n'était pas son truc, serait mentir. Il avait toujours aimé ça, mais celui-là était encore plus spécial. La scène ouverte faisait tout son charme. C’était ici, qu’il avait essayé de jouer de la guitare pour la première fois. Ce n’était peut-être pas le bar le plus branché de la ville mais, il était chaleureux et accueillant. Ici, il savait qu’il ne serait pas jugé. Qu’il soit venu pour jouer de la musique ou simplement pour se bourrer la gueule, les gens faisaient leur vie de leur côté. Ce soir-là, il se laissa donc tomber sur une chaise, avant d’écouter les personnes passer sur la scène. C’était peut-être même le seul à écouter vraiment. Il fallait dire que les personnes qui passaient n’étaient pas vraiment ce qu’on pouvait appeler de grands musiciens. Parfois, il avait même l’impression qu’on était à une soirée karaoké. Vous savez, ce genre de soirée, ou tout le monde chante faux et qu’on trouve cela très drôle. On offrait même parfois à la personne la plus nulle une médaille. Ce soir, on en était pas très loin. Il avait décidé de s’en aller pour retourner à sa petite vie minable, lorsqu’elle monta sur scène. Il l’avait déjà vu, une ou deux monter sur cette scène. Il se réinstalla et l’écouta. Sa voie était aussi douce que le vent et pourtant aussi forte que la mer. Il y avait quelque chose dans sa façon de chanter qui le touchait. Pour être honnête, il ne connaissait rien de cette fille, il l’avait juste entendu chanter, et pourtant, il avait entendu beaucoup de souffrance. Elle aurait pu être une fille comme ça, s’il ne l’avait pas croisé dans les couloirs, sortir d’un cours de musique à l’université. Il n’avait pas pu s’empêcher de demander à son professeur qui était aussi un très bon ami à lui, qui était la jeune femme. Et, il ne s’était pas trompé. D’après, son ami, la jeune femme était en plein échec scolaire. Lorsqu’elle termina sur sa dernière note, il ne put s’empêcher de l’applaudir. Il la regarda se diriger vers le bar, mais il ne savait pas vraiment, s’il avait le droit de la suivre, ou d’aller lui parler. Et pour lui dire quoi ? Qu’il aimait sa musique ? C’était un peu ringard. Elle allait sans doute le prendre pour un vieux pervers. Qu’il l’avait croisé à la sortie des cours ? Elle allait le prendre pour un psychopathe qui la suivait. Pourtant, il avait l’impression qu’il devait faire quelque chose pour elle. Quoi ? Il ne savait pas mais si quelqu’un, l’avait aidé lui quand il avait commencé à déconner, il n’aurait peut-être pas fini marié à une femme qu’il n’aimait pas. Il se leva et s’approcha doucement. Il s’installa comme si de rien était, et commanda un nouveau verre. « Très belle interprétation… C’est un choix original pour quelqu’un d’aussi jeune ! Je vous aurais plus vu dans un registre plus Justin Bieber. » dit-il en rigolant. Ce n'était peut-être pas la meilleure blague à faire.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: frapper aux portes du paradis ▵ rybel Mer 19 Avr - 23:10

rybel


- frapper aux portes du paradis -

Elle s’assoit au comptoir avec légèreté. Et d’un signe de de l’index, discret, elle appelle le serveur qui la ressert avec un sourire, sans même lui demander ce qu’elle désire. Puis, elle se plonge dans la contemplation de la mousse de sa bière, perdue dans ses pensées. Lorsqu’un mouvement à ses côtés attire son intention. Mais son regard reste fixe, tandis que du bout des doigts, elle suit le cercle parfait du sommet de son verre. Elle ne se fait pas languir, ni même désirer. Mais elle n’a aucun intérêt à porter son attention sur quelqu’un qui s’assoit à côté d’elle. Chacun vit sa vie après tout. Elle est la première à le revendiquer. Il commande et, sans surprise aucune, s’adresse finalement à la demoiselle. Son premier réflexe est de lui jeter un regard en coin. Comme un animal sauvage, méfiant, guettant un être d’une race encore inconnue. Elle le regarde par en-dessous, l’observe avec plus d’attention qu’il n’y paraît. Tout naturellement, comme tant d’autres femmes seules dans un bar, elle veut savoir à qui elle a affaire. Il ne s’en formalisera pas. Elle l’épie donc et le reconnaît finalement. Vaguement. Même si elle est en cet instant incapable de remettre un nom sur ce visage, elle sait qu’il lui est familier. Alors, elle hausse les épaules avec désinvolture. La blague du jeune homme ne lui arrache aucun sourire, mais son ton est assez chaleureux lorsqu’elle lui répond, tout en redressant le visage droit devant elle. Pour moi, Dylan est mort en même temps que les années 70. Et Bieber aurait dû s’éteindre avec les années 2000. Elle porte son verre à ses lèvres et, après une gorgée, pivote son buste vers son interlocuteur, pour lui faire face. Mais cette chanson est un monument. Il a quoi, la petite trentaine ? On drague comme ça, à trente ans ? Pourtant, à quelques années près, il doit avoir les références musicales. La preuve est qu’il a apprécié. Il a bon goût. Elle esquisse un léger sourire, poli, courtois. Merci. Cela fait au moins une personne qui a écouté. Elle le dévisage sans gêne, avant de reprendre, le regard plongé dans les yeux noisettes du brun. Tu es prof à l’université, non ? Elle l’a tutoyé, c’était tout naturel. Elle serait bien incapable de le vouvoyer en vérité, pas dans ce cadre, dans ce contexte. D’ailleurs, lorsqu’une nouvelle personne monte sur scène, elle détourne un instant son attention pour l’écouter. Mais le guitariste se contente de jouer, installant dans le lieu une ambiance très décontractée. Propice à la discussion en vérité. Alors, elle joue distraitement avec son verre et avec cet air de lionne qui lui colle au visage, attend une réponse du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: frapper aux portes du paradis ▵ rybel

Revenir en haut Aller en bas
frapper aux portes du paradis ▵ rybel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» intro aux Portes Ouvertes par l'amiral Robijns
» Les 3 portes de la sagesse.
» tva en direct`avec monsieur paradis
» Escalier du paradis
» Notre petit coin de Paradis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Take my breath away :: TAKE MY BREATH AWAY-