AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité






MessageSujet: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Mar 18 Avr - 17:05



❝Et pouf, retour à la réalité❞
Toi & Moi
Lorsqu’il se réveilla, il n’ouvrit pas tout de suite les yeux. Il laissa son esprit vagabonder dans les souvenirs de la soirée de la veille. Il sentait une présence à côté de lui mais il avait besoin de remettre ses pensées en ordre avant d’ouvrir les yeux et de faire face à la réalité. Il se souvenait d’être allé dans un bar la veille au soir. Il ne voulait pas rentrer chez lui un peu trop tôt. Il savait déjà ce qu’il trouverait en rentrant. Une femme pour qui il n’avait jamais eu aucun sentiment et qui de jour en jour le dégoûter de plus en plus, et un enfant qu’il aimait plus que tout, mais qu’il savait ne pas être le sien. Il aimait ce gosse car au fond, il savait qu’il n’y était pour rien dans le lien qui unissait ses parents. Pourtant rester, dans cette maison sinistre une fois que l’enfant serait couché n’était pas ce que le jeune homme avait en tête. C’était pour cela qu’il s’était dirigé vers l’un des bars de la ville. Il s’était installé au bar, prenant un verre. Il se souvenait encore, s’être dit, je n’en prends qu’un et je rentre. Pourtant, là assis, sans personne pour lui crier dessus, sans personne pour lui donner des ordres, il était resté et avait pris encore un verre et encore un autre. Il se souvenait avoir discuté avec plusieurs femmes, mais sans en trouver une qui ait pour lui un intérêt. Il n’était pas le genre d’homme à avoir des conquêtes par millier. En fait, c’était même le contraire. Même si depuis trois ans, il n’était plus l’homme fidèle qu’il avait été, il n’avait pas non plus été voir aller voir ailleurs très souvent. En général, il voyait même plusieurs fois la même femme. Ses conquêtes savaient très bien ce qu’il en était, elle était au courant, qu’il était marié mais sans possibilité de s’en aller. La veille, il n’avait pas du tout l’intention de se trouver une autre maîtresse quoi que ce soit d’autre. Son objectif était plutôt de se bourrer à la gueule, d’oublier et pourquoi pas de dormir dans sa voiture. Et puis, elle était venue s’asseoir à côté de lui, le prenant pour son pote. Encore, une de ses gamines qui veut passer pour une grande. Pourtant après quelques mots échangés, il s’était intéressé à elle. Il l’avait écouté. Lorsqu’elle s’était éclipsée vers les toilettes, il avait même vérifié auprès du barman qu’elle était bien majeure. En quelques paroles, elle avait assez attisé sa curiosité, mais surtout, il fallait le reconnaître, elle était vraiment jolie. Il ne contrôlait pas vraiment son entre-jambe. Peut-être est-ce qu’il avait été guidé par les nombreux verres qu’il avait bus. Ou alors, peut-être que ce fut lorsqu’elle posa sa main sur sa jambe qu’il eut vraiment envie d’elle. Enfin, sans vraiment savoir comment, il se retrouvait à payer une chambre d’hôtel avec une parfaite inconnue. Elle était si jeune qu’on aurait pu la prendre pour une inexpérimentée, pourtant, il avait à peine fermé la porte de la chambre, qu’elle avait déjà retiré ses vêtements pour venir se coller à lui en sous-vêtements. C’était elle qui l’avait embrassé, même si pour être honnête, c’était lui qui l’avait portée, l’avait allongée sur le lit avant de lui retirer ce qui lui restait de vêtements. Le reste des souvenirs était assez flou. Il se souvenait des cris de jouissance de la jeune femme, de ses grognements… Il se souvenait qu’il y avait eu aussi plusieurs rounds. Soudain, il se décida à ouvrir enfin les yeux pour voir la jeune femme sur le dos parfaitement endormie à côté de lui. Malgré les cheveux en bataille, elle était toujours aussi belle, et nue surtout. Le drap avait glissé et le haut de son corps était parfaitement visible aux yeux de Rylan. Il n’était pas le genre d’homme à avoir des plans d’un soir, mais plutôt des maîtresses, même si elles ne duraient jamais longtemps. Ils avaient déjà couché ensemble, même s’il ne s’en souvenait peu. Maintenant, il n’avait plus qu’une envie recommencer. Doucement, il vint caresser son ventre de sa main, remontant avec de tendres caresses. Lorsque sa main arriva à sa poitrine, il caressa le bout du bout du pouce. « Belle endormie, réveille-toi… Ou je commence sans toi. » dit-il en poussant doucement le drap.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Mar 18 Avr - 17:45

le soleil est levé depuis un bon moment déjà. mais noa, elle ne s'en rend pas compte. elle ne le sent pas réchauffer le haut de son corps qui n'est pas recouvert par la couverture. elle n'entend pas les oiseaux chanter et l'activité dans les rues de la ville reprendre. elle dort. paisiblement. loin de se douter de la situation dans laquelle elle se trouve. loin de se douter du dénouement de la soirée de la veille. allongée sur le dos, les cheveux en bataille, son souffle se fait régulier. signe qu'elle dort bel et bien. nullement décidé à se réveiller pour le moment. noa, ça a toujours été une grosse dormeuse. surtout après de telles soirées. elle serait capable de dormir toute une journée pour compenser. mais elle n'a jamais ce luxe. parce qu'elle a toujours quelque chose à faire. quelqu'un à voir. gamine à l'agenda bien rempli. trop rempli. puisqu'elle ne trouve même pas le temps d'aller en cours. c'est sûrement ça le pire. mais elle s'en moque noa. parce qu'elle s'y rend de temps en temps et ça lui suffit amplement. la gamine, elle se réveille lentement. par des caresses sur son ventre nu. elle sourit doucement. appréciant simplement la douceur des gestes. mais rapidement, ses sourcils se froncent. personne n'est censé se trouver dans son lit à la réveiller en caressant son ventre. la main de l'inconnu se retrouve sur sa poitrine et sa voix retentit dans la pièce. noa, elle se redresse d'un coup, le regard confus se posant sur l'homme. les sourcils toujours aussi froncés. quand sa tenue, ou plutôt son manque de tenue, lui vient en tête, elle saisir rapidement le drap pour le rabattre sur son corps. qu'est-ce que tu fais dans ma chambre ? elle balance les quelques mots avec une certaine agressivité. clairement sur la défensive. noa, elle détaille l'homme qui se trouve sous ses yeux. elle ne le reconnait pas. inconnu à ses yeux. mais la gamine, elle se rend bien compte qu'elle ne se souvient de rien concernant la veille. rien du tout après avoir cessé de se déhancher sur la piste. une fois que son corps n'a sûrement plus supporté tout ce qu'elle avait bu et fumé. gamine farouche qui passe en revue la pièce. ce n'est pas sa chambre. c'est une certitude. elle ne reconnait pas l'endroit. attend. t'es qui et on est où là ? noa, elle commence à avoir la sale habitude de se retrouver dans des situations comme celle-ci. ça a beau lui arriver de plus en plus souvent, elle ne s'y fait toujours pas. à chaque fois, elle flippe au moins un peu. même si elle ne le laisse jamais vraiment paraitre. question de fierté. la gamine, elle reste assise sur le bord du lit, ayant mis une certaine distance entre elle et l'homme. et ses yeux détaillent la pièce. elle retrouve bien vite ses vêtements au sol. elle s'en doutait. elle savait que son manque de vêtements n'était pas du à la simple chaleur de la pièce. qu'elle ne s'était pas dévêtit toute seule surtout. un souffle franchit ses lèvres. doucement. alors qu'elle passe l'une de ses mains sur son visage. l'autre tenant fermemenr le drap. réaction un peu inutile puisqu'il l'a très certainement vu entièrement nue durant la nuit. mais elle s'en tape noa. on a fais quoi tous les deux là ? tu m'as pas violé, hein ? question ridicule. parce que même s'il l'avait fais, il ne l'avouerait pas. ça ne serait pas réellement dans son intérêt. la gamine, elle ferme les yeux. pour essayer de se rappeler de certains passages de la soirée. certaines images passent devant ses yeux. elle se rappelle. ses lèvres contre les siennes. elle se rappelle que c'est elle qui s'est jetée sur lui. quand elle rouvre les yeux, elle devrait avoir honte. mais ce n'est nullement le cas. elle a fait pire noa. bien pire. et ce gars a du voir bien pire. et pour la première fois depuis que ses yeux sont ouverts, elle le détaille réellement. son torse dans un premier temps. puis son visage. il est plutôt mignon et parait plus âgé qu'elle. c'est même une certitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Mar 18 Avr - 22:43



❝Et pouf, retour à la réalité❞
Toi & Moi
Il la caressait doucement, jouant avec les points sensibles de son corps. Elle était peut-être beaucoup plus jeune que lui, mais il fallait qu’il le reconnaisse, elle était vraiment très belle. Il avait tiré le drap pour pouvoir voir l’ensemble de son corps. En réalité, il n’avait que des souvenirs de leur nuit, et voir tout son corps lui donna une envie soudaine. Il avait envie de rendre beaucoup plus réel, ses souvenirs. Ce qu’il ne s’attendait pas, c’est qu’elle se lève d’un seul coup et qu’elle se couvre comme si elle avait honte. C’était une blague ou quoi ? Ils avaient passé sans doute l’une de leur meilleure nuit de leur vie, et voilà qu’elle jouait les vierges effarouchées. Bordel, il avait déjà vu son corps, et pour être honnête, il en avait même profité, et même plus d’une fois. Alors, c’était quoi son problème ? La veille, elle se déshabillait, elle faisait des choses qu’il n’avait jamais imaginées qu’on lui fasse et là, elle se couvrait. Il ne put s’empêcher de rire lorsqu’elle lui demanda ce qu’elle faisait dans sa chambre. Sérieusement, elle était une fille à papa dont la chambre ressemblait à cette magnifique chambre d’hôtel ? Franchement, elle jouait à quoi là ? Il était nu sur le lit, il n’attendait plus qu’elle pour s’amuser encore un peu et elle, elle se cachait. Est-ce qu’il était son premier ? Non, il avait eu l’impression qu’elle était plutôt expérimentée, comme fille. Alors, c’était quoi le problème ? Elle ne s’attendait pas à le trouver là, le matin ? C’était quand même lui qui avait payé la chambre, quand même. Il commençait à avoir vraiment mal au crâne d’essayer de comprendre les femmes. S’il avait voulu avoir une scène de ménage dès le matin, il serait allé dormir avec sa femme. « Qu’est-ce que tu veux qu’on ait fait ? On a joué aux cartes ! » C’était un peu débile, mais c’était sa façon à lui de parler. Il prenait rarement les choses au sérieux. Mais, il fallait reconnaître que la situation était vraiment comique. Ils étaient nus l’un et l’autre, ils étaient un lit, et elle voulait qu’ils aient fait quoi ? Pourtant, il était surtout triste d’entendre ses derniers mots. A quoi elle jouait ? Est-ce que c’était un genre de jeu ? C’était peut-être un jeu pour elle… Elle aimait peut-être des choses un peu bizarres ? Oui, c’était certainement ça. Il décida donc de rentrer dans son jeu. « Bien sûr que non, je t’ai pas violé… Si mes souvenirs sont exacts, c’est moi qui ait été agressé… Il me semble que c’est toi qui m’a sauté dessus à moitié nue, qui m’a embrassé... » dit-il avec un léger sourire. Plus il parlait, plus les souvenirs revenaient à l’esprit. Ils avaient vraiment fait des folies cette nuit. Sérieusement, il allait falloir qui boit plus souvent, et qu’il ramène plus d’inconnu chez lui. En fait, il fallait qu’il s’amuse beaucoup plus. Son mariage était fini… Enfin, il n’avait jamais vraiment commencé mais il n’avait plus seize ans, et ses parents n’avaient plus rien à dire. Soudain, il en eut marre de jouer à ce petit jeu débile. Il n’était plus un gosse justement. Il tira brusquement et très fort sur le drap. L’effet de surprise fut de son côté et la jeune femme se retrouva nue de nouveau. Plus rapide qu’elle, il l’attrapa et là fit basculer pour qu’elle s’allonge de nouveau. Avant, qu’elle est pue dire ou faire quoique ce soit, il vint se positionner au-dessus d’elle. Leurs corps étaient de nouveau connectés l’un à l’autre. Enfin. Il se pencha et l’embrassa fougueusement. « Aller arrête de jouer… J’ai déjà vu ton corps, et il est magnifique... » Il l’embrassa de nouveau, pendant que ses mains commençaient à se balader sur les corps de la jeune femme. « J’ai encore envie de toi…. Alors laisse moi faire... » dit-il en l’embrassant doucement sur le haut du torse. Puis, il commença l’embrasser un peu plus bas.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Mar 18 Avr - 23:21

gamine apeurée. les yeux ronds comme des billes. les sourcils froncés. parce qu'elle ne comprend pas ce qu'il se passe. elle ne comprend pas ce qu'elle fait ici. enfin ce qu'il fait ici pour le moment. parce qu'elle ne le connait pas. parce que dans un premier temps, elle a l'impression de se trouver dans sa chambre. parce que pour elle, elle est rentrée chez elle cette nuit. à la colocation. mais il n'en est rien. nue comme un vers. noa, elle se couvre avec le drap. le maintenant clairement contre son corps. pour le cacher à la vue du jeune homme. même si elle sait parfaitement ce qu'il s'est passé cette nuit entre eux. gamine qui assimile bien les faits quand son regard se pose sur les quelques vêtements qui se trouvent au sol. tout s'assemble dans sa tête. mais elle comprend toujours pas noa. elle comprend pas comment elle s'est retrouvée ici. comment toute cette nuit à pu se dérouler. comment elle a pu arriver ici. dans cette chambre qu'elle ne connaissait pas. qu'elle ne réussissait même pas à identifier. et l'homme en face d'elle prend parole. elle l'observe alors minutieusement. son torse dans un premier temps puis son visage. il est plus âgé. c'est sûr. mais il n'en reste pas moins attirant. bien que le fait que la situation lui déplaise se lisait assez clairement sur son visage. l'agacement. parce qu'il semblait aussi perdu qu'elle. sauf que les raisons ne sont pas les mêmes. lui, semble perdu par rapport à la réaction de noa. la gamine, elle roule des yeux en entendant les dires du jeune homme. jouer aux cartes. très drôle. franchement. la jeune femme, elle l'observait. dans les yeux. pour ne pas descendre son regard plus bas. noa, elle ne bouge pas. sauf pour fermer les yeux. un bref instant. pour essayer de retrouver quelques souvenirs. quelques bribes de la soirée. ce qui a bien pu se passer à la suite de sa sortie de la pseudo piste de danse. parce que tout ce qui a suivi, elle n'en a aucune idée. mais certaines images reviennent quand elle ouvre les yeux. elle. se déshabillant. avant de se jeter sur l'homme qui se trouve en face d'elle. et les images collent assez nettement avec les dires de l'inconnu qui se défend du précédent soupçon de viol qu'elle avait émis. elle souffle. lourdement. passant sa main libre dans ses cheveux. elle jure. faiblement. elle déteste ne pas avoir de souvenirs de la veille dans ce genre de situations. quand elle n'a pas à faire à ce genre de confrontations, elle n'en a que faire. elle s'en moque bien. mais là, c'est gênant. réellement gênant. j'me souviens de rien. ou presque rien. elle lâche ces mots. doucement. dans un souffle. murmure qui flotte dans la pièce. noa, elle voulait retrouver ses souvenirs. se rappeler de ce qu'il s'était passé cette nuit. ce qui s'était passé dans le bar. ce qu'ils avaient bien pu faire dans cette chambre. je me souviens juste de t'avoir embrassé une fois dans la chambre. la demoiselle, elle reste dans le bord du lit. un cri franchissant ses lèvres quand il lui retire, d'un mouvement brusque, le drap. elle se retrouve à nouveau nue. sans aucun tissus pour camoufler son corps au regard de l'homme. en un rien de temps, elle se retrouva couchée sur le dos sur le matelas, le corps de l'homme se retrouvant sur le sien. l'empêchant ainsi de bouger. ses lèvres se retrouvant sur les siennes. elle ne sait pas quoi faire noa. vraiment pas quoi faire. et finalement, il reprend parole. il balance ces quelques mots. venant lui rappeler qu'il l'a bel et bien vu nue cette nuit. les lèvres de l'homme se retrouve sur sa peau. noa, elle ferme les yeux. sans trop savoir pourquoi. elle ne sait pas si c'est pour profiter de la sensation de ses baisers. ou pour essayer de remettre ses idées en ordre, essayer de se rappeler de la soirée. non. attend. elle le repousse. le faisant basculer sur le dos sur le lit. ses mains le repoussant en se posant simplement sur ses épaules. elle se retrouve à nouveau assise à ses côtés. il s'est passé quoi hier ? comment on s'est retrouvé ici ? je ne me souviens de rien. rien du tout. ramène ses genoux contre sa poitrine, essayant de cacher ce qu'elle peut de son corps. son menton venant se reposer sur ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Mer 19 Avr - 8:34



❝Et pouf, retour à la réalité❞
Toi & Moi
Il était de nouveau sur elle, et il était temps. Ce n’était pas qu’il ne pensait qu’à ça. Bien au contraire, il était resté plus de dix ans fidèle à sa femme, et on ne pouvait pas dire qu’ils faisaient ça très souvent. Même, là, depuis, qu’il s’amusait avec des femmes, il était rare qu’il en ramène une part soir… Non, c’était plutôt la même plusieurs fois, jusqu’à ce que les deux se lassent et reprennent leurs routes, chacun de leur côté.Pourtant là, c’était différent… C’était comme un besoin de la sentir, de revivre les morceaux de la nuit qui manquaient à son esprit. Ou alors, c’était parce que c’était la première fois pour lui, qu’ils se retrouvaient dans un lit avec une femme aussi jeune. C’était peut-être pour lui flatteur, ce qui lui donnait des envies nouvelles… Des envies dont il n’avait jamais pensé avant. Cela le surprenait aussi d’être aussi entreprenant, pourtant, il aimait ça. Il aimait être au-dessus d’elle, il aimait l’embrasser…. Il avait même commencé à l’embrasser son corps. Il allait même s’attaquer à la petite pointe qui l’appelait déjà depuis qu’il s’était réveillé, pourtant, avant qu’il puisse faire quoique ce soit, elle le repoussa, un peu trop brutalement. Il ne comprit pas tout de suite ce qu’il se passait. Est-ce qu’elle préférait avoir le dessus ? Pourtant, il ne la sentit pas tout de suite au dessus d’elle. Là allongé le dos contre le matelas, il ouvrit enfin les yeux pour la voir sur le bord du lit, les genoux remontés sous son menton pour essayer de se cacher. Il essaya d’assimiler ce qu’elle était en train de lui dire. Oh putain, mais quel con. Il avait tout compris de travers. Elle ne jouait pas un jeu, elle ne se rappelait plus de rien. Pourtant, ce n’était pas contre lui, qu’il était en colère mais contre elle. Sérieusement, c’était encore une adolescente ou quoi ? Elle avait tellement bu qu’elle ne se rappelait plus de rien. C’était ça son trip, boire jusqu’à oublier, faire des conneries et ne pas assumer. Quelle gamine sérieux ! Il avait encore bien choisi encore. Il manquerait plus qu’il ait oublié de mettre des protections mais ça il s’en souvenait même très bien… Car lui, il était capable de se souvenir. Ce n’était pas vraiment son trip de ne pas se souvenir d’une nuit aussi délicieuse, mais quand elles sont catastrophiques. « Oh bordel, c’est vraiment moi… Je choisis toujours des cas... » Il était vraiment en colère, pourtant, il ne se couvrit pas pour autant. Dans son esprit, elle l’avait déjà vu nu, alors, il n’avait pas besoin de se cacher. Il tenta de retrouver son calme. Il lui devait bien une explication, mais ensuite il prendrait ses affaires et se casserait de là. « Tu es venue me trouver au bar… Enfin trouver, tu m’as dragué ouvertement comme si j’étais ton pote… Je t’ai trouvé lourde mais après quelques verres, on a commencé à discuter... » Il fit une pause, le temps de poser son bras sur ses yeux pour se cacher un peu de la lumière du jour mais aussi pour l’aider à se souvenir. « Sans que je sache comment, on est sorti dans la rue ensemble et à marcher… Il se faisait tard, on a pris une chambre... » Cette partie était un peu floue, il avait du mal à se souvenir comment, ils s’étaient retrouvés dans la chambre, mais passons. « Ensuite, j’avais à peine fermé la porte de la chambre, que t’avais déjà ôtée tes fringues et que tu te jetais sur moi… » À partir, de ce moment-là, il s’en souvenait très bien. C’était à partir de là, qu’ils avaient fusionné leurs corps dans une harmonie parfaite, pas comme maintenant. « Ensuite, je ne vais pas te faire un dessin… On a fait l’amour plusieurs fois… Enfin si, on peut appeler ça faire l’amour… De façon poétique, on a plus baisé comme des bêtes, avant de s’endormir. » Ce n’était pas vraiment dans son habitude de parler comme ça, mais il était vraiment en colère. Il était temps de mettre un point final à la conversation. « Ensuite, on s’est réveillé et je pensais pouvoir remettre ça avant de me rendre compte, que j’étais tombé sur une pauvre gamine soûlarde, incapable de prendre ses responsabilités et d’assumer... » D’accord, il avait peut-être été un peu loin, mais bordel, il était tombé sur quel genre de fille là.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa Jeu 20 Avr - 1:30

la situation évolue. il se retrouve sur elle. en un rien de temps. et sans son consentement surtout. elle lâche un cri de surprise avant qu'il ne se mette à l'embrasser. et elle le laisse faire.
pendant un temps. comme paralysée. elle sait pas quoi faire la gamine. entre rire et pleurer. le laisser faire ou le repousser. et finalement, ses mains prennent place sur ses épaules et elle le repousse. brusquement. le faisant chuter sur le matelas à ses côtés. noa, elle n'est pas à l'aise. vraiment pas. elle déteste ce genre de confrontation. ce genre de réveil aussi. son corps désormais vierge de toute trace d'alcool ou de stupéfiant. pourtant, noa, c'est tout ce qu'elle demande. planer encore haut. bien trop haut pour qu'on puisse la faire redescendre. bien trop haut pour que ce genre de soucis la dérange réellement. mais elle se retrouve face à cet homme, sans un joint en poche. sans un vêtement sur le dos. sans aucun souvenir vraiment clair en tête. pourtant, elle sait ce qu'il s'est passé. elle le devine surtout. mais elle veut comprendre. tout assimiler. alors elle fait comprendre à la seconde personne présente dans la chambre qu'elle ne se souvient de rien. et les mots qu'il commence par prononcer la font froncer un peu plus les sourcils. pas par incompréhension. non. par contrariété. parce qu'il vient de la traiter de cas. tu ne me connais pas alors je ne te permet pas de me traiter comme ça. tu sais rien de moi alors tu ferais mieux de redescendre. moi je ne me permet pas de te traiter de vieux dégueulasse parce que tu viens de te taper une fille qui dois avoir quasiment la moitié de ton âge. elle le regarde. sévèrement. ou elle essaie de le faire. mais son ton se fait sec et froid. parce que ça, elle sait faire noa. elle a pas le choix. parce que quand elle se retrouve face à des types qui font deux fois sa carrure pendant les quelques ventes qu'elle fait, elle doit paraitre sûre d'elle. froide. dure. prête à répondre à n'importe quelle hostilité aussi. elle a même commencé à réellement savoir se battre par rapport à ça. pour savoir se défendre en cas de besoin.
noa, elle reste assise sur le matelas, le menton sur les genoux, les bras autour des jambes. en boule. et elle écoute les dires de l'homme. attentivement. quelques images de la soirée lui revenant en tête comme pour illustrer les propos de l'inconnu. elle se souvient l'avoir approché.
dans le bar. elle était loin. et elle lui a parlé. comme a un pote au début. avant de le draguer. comme elle seule en à le secret. elle se souvient ensuite de l'arrivée dans l'hôtel. le moment assez gênant dans l'accueil pour prendre une chambre sous le regard assez insistant de la personne qui se chargeait de l'accueil des clients et de la réservation des chambres. noa, elle se souvient avoir haussé les sourcils sous son regard insistant. comme pour lui demander ce qu'il y avait. et lui faire comprendre d'arrêter aussi d'ailleurs. mais elle n'était même pas sûre que son visage avait accepté de coopérer puisque la personne n'a pas arrêter. la galère dans l'ascenseur, elle s'en souvient. les regards en coin pour faire mine de se tenir. et une fois dans la chambre, elle se souvient avoir ôté ses vêtements en un rien de temps avant de lui sauter dessus. mais aucune honte ne traverse son esprit actuellement. parce qu'elle n'a rien fais de mal dans le fond. parce que si ce n'était pas elle qui lui avait sauté dessus, les rôles auraient simplement été inversés. rien de plus. je me souviens de certains passages. murmure qui peine à sortir de ses lèvres. parce qu'elle a encore du mal à croire qu'elle ai réellement abordé ce type. même si les souvenirs le lui prouve. parce que noa, elle a plutôt l'habitude de draguer des gars de son âge, ou a peu près. et même si l'homme ne fait pas si âgé que ça, la différence d'âge reste assez évidente. noa, elle laisse son pied filer quand le type reprend parole pour lui lancer un nouveau tacle. lui balancer qu'elle n'est qu'une gamine soûlarde, incapable de prendre ses responsabilités et d'assumer ce qu'il s'est passé. dieu seul sait que noa assume tout ce qu'elle peut bien faire ou dire. mais assumer quand on ne sait rien de ce qu'il s'est passé, ça complique les choses. un minimum au moins. alors son pied vient heurter les cotes de l'inconnu. elle n'y est pas allé trop fort. juste assez pour le déranger et lui faire comprendre de ne rien dire de la sorte en plus. de ne pas aggraver son cas en fait. franchement, c'est facile de mettre ça sur mon dos. mais t'as très bien du te rendre compte, hier soir, que j'étais bien trop dans les vaps pour me rappeler de quoi que ce soit au réveil. d'ailleurs tu fous quoi encore là ? d'ordinaire, vous voir tirez tous avant l'aube. noa, elle sait qu'elle n'aurait sûrement pas du dire ça. parce que ça lui donne l'image d'une fille facile. ou qui écarte un peu trop les cuisses pour de parfaits inconnus en tout cas. mais elle s'est tape. parce qu'au final, elle n'a rien à cacher. elle n'a pas à avoir honte du fait de profiter de sa jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa

Revenir en haut Aller en bas
Et pouf, retour à la réalité ! ft Noa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» y a-t-il un point de non retour ?
» retour du Sénégal...voyage initiatique
» Retour du BCG ?
» Le retour des Normands du FLNJ...?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Take my breath away :: TAKE MY BREATH AWAY-